Skip to main content

CÉLÉBRATION DU BICENTENAIRE

English

 

 

Même s'il existe des technologies nouvelles qui utilisent des moyens de transport et de communications rapides franchissant facilement d'énormes distances géographiques au point de changer la dimension du temps, la vie des hommes du 21ème siècle a conservé une liasion sentimentale avec les événements historiques et les relations humaines que les individus et les nations ont mutuellement entretenues dans les siècles passés. Dans sa mémoire historique notre Europe détient en même temps un conglomérat des excellents rapports humains et des affections réciproques auxquelles s'ajoutent les sombres souvenirs de conflits sévères et de guerres qui ont fait des millions de victimes et suscité des haines dont on a quelquefois l'impression qu'elles ne disparaîtront jamais. Heureusement la vie avance surtout grâce à l'optimisme et la foi dans le bien. Même aujourd'hui, c'est justement la mémoire du bien qui fait facilement communiquer des gens de nationalités et de cultures différentes.

 

Une des mémoires heureuses des Slovènes – une petite nation européenne en train de se développer au début du 19e siècle – est marquée par un fait historique important, lié à la courte période du pouvoir français et aux Provinces Illyriennes. Cette formation étatique et administrative contemporaine, fondée par l'empereur français Napoléon, unifiait les territoires allant des Alpes Juliennes à Dubrovnik et a instauré Ljubljana capitale du plus grand territoire de son histoire. Mais dans ce cadre formel il y avait quelque chose d'encore plus important pour les Slovènes. Les nouvelles autorités françaises – sous l'impulsion de la révolution bourgeoise qui les a instaurées – ont introduit la langue slovène comme matière dans les établissements d'enseignement. Elles ont ainsi reconnu l'égalité de la langue et de la culture, ce qui revenait à inscrire une nouvelle nation sur la carte des nations européennes. La réponse spontanée et ardente des intellectuels slovènes a abouti à la formation d'une base culturelle et scientifique, qu'on ne pouvait plus tenir à l'écart et maintenir dans l'anonymat, ainsi qu'un grand nombre de réformes culturelles et autres qui ont également subsisté après la disparition des Provinces Illyriennes. Cet hereux hasard, assez important pour instaurer une identité nationale solide et une fierté essentiellement grandissante des Slovènes, maintient toujours, sous divers aspects, une bienveillance et un attachement durable aux traditions de la culture française, qu'on peut apercevoir chez nous. A la fin du 19e siècle, les principes de liberté, de fraternité et d'égalité ont ouvert, même aux petites communautés humaines et à des petites nations, des possibilités de vie et de développement. Grâce à ces principes, nous aussi Slovènes, avons trouvé la chemin vers nos voisins et la famille des nations européennes, ce qui ne peut pas être oublié.

 

 

 

 

Derniers événements

  • 15 juillet au 15 août:  Exposition « Chevaux blancs », sculptures équestres par le plasticien  Iztok Šostarec,  Haras de Lipica / Kobilarna Lipica. (Médiathèque)

 


Evénements principaux